Le taux de vente de votre e-commerce peut grimper… découvrez comment !

Lancer un e-commerce, ce n’est pas sorcier ! Il suffit de faire une bonne analyse du marché, par exemple, afin de ne pas commettre d’erreur. En revanche, faire grimper le taux de vente demande plus de stratégies et une bonne gestion de plusieurs éléments… Ce n’est pas impossible, mais il faut se mettre au travail. Commençons par le commencement :

Assurez-vous de bien savoir le type de produit que vous souhaitez commercialiser. Pensez au prix que vous allez proposer aux clients ainsi que les moyens de paiement. (Sur ce point, mieux vaut mettre en avant plusieurs, car les consommateurs apprécient d’avoir le choix des modalités pour le règlement de leurs achats). Ensuite, vous pourrez passer à la partie technique, soit tout ce qui concerne le site Web.

Si vous avez des compétences dans la création des plateformes de vente, parfait ! Allez de l’avant et concevez un portail qui attirera les visiteurs. Pensez à placer des fiches produit claires et précises sur la page d’accueil. Les conditions générales doivent aussi être bien détaillées. Toutefois, si vous ne vous y connaissez pas trop, il existe des logiciels sur le Net que vous pouvez utiliser, comme le Software-as-a-Service. Ce sera un outil utile pour administrer votre e-commerce correctement.

Enfin, un e-commerce qui reste dans l’ombre est voué à l’échec ! Par conséquent, il faut un bon référencement pour optimiser sa visibilité. Pour cette étape, les réseaux sociaux peuvent aussi vous être utiles pour vous rapprocher des consommateurs. Par la même occasion, vous connaîtrez leurs avis sur vos services. Résultat : un site bien conçu et administré, un bon contact avec les internautes ainsi qu’une bonne stratégie de référencement peuvent générer une hausse dans le taux de vente. Bonne chance !

e-commerce-grimpe.

Améliorer le taux de vente de votre e-commerce, c’est possible !

 

L’e-commerce souffre de l’abandon de panier… des solutions existent !

Le secteur de l’e-commerce est atteint par un virus appelé l’abandon de panier. Est-ce grave ? Oh que oui ! Il faut dire que c’est un phénomène que de nombreux cybercommerçants déplorent parce que ça a tendance à faire chuter leur chiffre d’affaires. D’ailleurs, durant le 2e trimestre de 2016, on a noté que cette tendance avait atteint un taux de 90 %. Oui, c’est énorme, mais il y a certainement des moyens de contourner la situation.

Les e-commerçants peuvent miser sur le retargeting… mais qu’est-ce donc ? Tout simplement le fait de relancer les clients déserteurs. Effectivement, le fait d’avoir abandonné les paniers ne signifie pas forcément que les produits ne les intéressent pas. Il se peut qu’ils aient eu des imprévus et du coup aient mis de côté la commande. Il suffit donc de leur faire parvenir un petit mail afin de leur rappeler qu’ils ont des produits en attente.

Un autre souci qui peut freiner la bonne marche du processus de validation des commandes, c’est les modes de paiement. Si un client s’aperçoit que les étapes qu’il doit entreprendre ne sont pas hautement sécurisées, il fera sans doute marche arrière. Pour éviter ce genre de situation, assurez-vous que les services de facturation que vous proposez sont fiables. Vous pouvez faire de même avec les services de livraison, car c’est aussi un élément qui fait pencher la balance en faveur de la validation de la commande.

D’autres facteurs peuvent permettre aux clients de revoir leur panier, mais si déjà vous commencez par ces petites étapes, vos e-commerces pourront retrouver le sourire en voyant le taux de conversion grimper.

 

e-commerce-2016

Mettre en place des stratégies pour combattre l’abandon de panier, c’est possible

Le commerce électronique et son chiffre d’affaires en 2016

La firme BNP Paribas Real Estate a effectué une analyse portant sur le chiffre d’affaires généré par le commerce électronique l’année dernière, à savoir, 500 milliards d’euros.

Ce rapport nous indique qu’il y a encore à faire pour améliorer les services de livraison et la dématérialisation, entre autres. Toutefois, pour ce qui est des ventes en ligne, elles affichent une hausse moyenne de 16 % par an en Europe.

Pour ce qui est des pays effectuant le plus d’achats sur le Net, on note que ceux du nord sont en tête avec 80 %. Cependant, les autres régions de l’Europe comptent aussi des e-acheteurs qui représentent un taux de 66 %.

e-commerce2

Le chiffre d’affaires de l’e-commerce en 2016

L’e-mail est au cœur de l’expérience utilisateur dans l’e-commerce

La firme Campaigner® a effectué une analyse portant sur les modes de communication qui sont les plus prisés par les consommateurs. Son rapport démontre que l’e-mail arrive en tête des préférences des clients.

En effet, le courriel est un moyen par lequel les e-acheteurs potentiels sont plus susceptibles de s’engager auprès des enseignes.

C’est vrai qu’il existe diverses méthodes de contact client-commerçant sur le Web, notamment les médias sociaux. Toutefois, après avoir sondé quelques cybernautes, on note qu’ils ne sont pas vraiment enclins à utiliser des plateformes comme Twitter, Snapchat, Instagram ou même Facebook pour valider un engagement commercial.

 

C’est pourquoi la plupart des internautes privilégient le courriel. Pourtant, même ce mode de communication a besoin d’être peaufiné. Prenez la fréquence d’envoi par exemple, il y a des entreprises qui en abuse. De même, certaines marques font parvenir des mails en trop grande quantité à leurs clients. Il faudrait trouver un équilibre dans cet exercice pour que ces derniers ne se sentent pas submergés.

Pour ce qui est de l’engagement envers une enseigne, l’étude faite par Campaigner® montre que les plus réceptifs aux courriels sont les « millennials ». Cette catégorie de consommateurs est partante pour répondre aux attentes des marques suite aux mails qu’ils réceptionnent.

La génération X est aussi intéressée par cette perspective. Cependant, elle aimerait que la fréquence d’envoi soit hebdomadaire.

Quant aux baby-boomers, cette méthode ne les convainc pas. Ils préfèrent le contact humain en se rendant dans les points de vente. Lorsqu’ils reçoivent des mails, plus c’est court avec des astuces, mieux c’est !

 

mail

L’e-mail dans l’e-commerce

Commerce électronique : zoom sur la tendance actuelle

La Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) a récemment fait une étude sur le commerce électronique. Il en ressort que les ventes en ligne dans l’Hexagone pour le premier trimestre de cette année affichent une hausse de plus de 14,2 %.

En effet, de janvier à mars 2017, pas moins de 20 milliards d’euros de ventes ont été enregistrés, ce qui implique une augmentation de 2,5 milliards d’euros de plus que l’an passé.

Pourquoi une telle croissance ? Eh bien, cela résulte principalement du nombre impressionnant de transactions en ligne qui a atteint 20,5 %, soit 290 millions durant le trimestre en question. Si l’on compare ce chiffre avec ceux enregistrés depuis 2010, on s’aperçoit qu’il a quadruplé.

Cela indique que durant cette période, un cybernaute réalise 9 transactions, alors qu’auparavant, il n’en faisait que 7.

Souhaitez-vous connaître le nombre de Français qui commandent des produits sur le Net ? Eh bien, sachez qu’ils sont 36 millions. C’est une hausse d’un million comparé à 2016. Il faut dire que les emplettes sur le Web vont bon train, car la fréquence est de 13 % supplémentaire, soit une dépense moyenne de 650 euros.

Pour ce qui est du panier moyen, figurez-vous qu’il ne dépasse pas les 70 euros. Pour tout dire, il est même en baisse de 5 %, car il affiche 69 euros contre l’an dernier, 73 euros.

Il est à noter que l’acte d’achat est quelque peu banalisé en ligne lorsqu’on le compare au commerce traditionnel. Voici, entre autres, ce que nous rapporte la Fevad suite à son analyse trimestrielle sur les progressions notées dans le commerce en ligne en France.

cybermonde-finance

La tendance actuelle de l’e-commerce

e-commerce : sa gestion est possible avec une stratégie efficace !

Lorsque vous décidez de lancer un e-commerce, il est important de considérer tous les paramètres qui le composent, notamment lorsqu’il est question de l’aider à se démarquer de la concurrence. En effet, il faut penser à une bonne stratégie, notamment à une étude du marché avant d’entamer une autre étape.

Bien entendu, ce serait vraiment idéal de pouvoir trouver un produit niche à exploiter, mais dans la plupart des cas, ils sont tous déjà mis en avant par d’autres sites. Ce n’est pas vraiment un souci si vous savez comment vous y prendre pour apporter votre touche perso aux services que vous proposez. Cela fera ainsi une différence auprès des consommateurs.

Lorsque viendra le moment de choisir votre clientèle, il faudra bien les cibler afin que ça vous soit profitable. Effectivement, si par exemple, vous décidez de mettre en vente des articles qui séduiront plus les jeunes, il y a de fortes chances que cela puisse jouer en votre faveur. Eh oui, cette catégorie d’e-acheteurs ne se soucie pas vraiment des dépenses, ce qui vous sera favorable.

Vous l’avez certainement entendu maintes fois, mais rappelez-vous que le client est roi. Aussi, il est bon de tout mettre en œuvre pour le satisfaire. Il ne faut pas oublier que ce sera lui qui fera grimper vos ventes si vous parvenez à lui offrir un parcours d’achat personnalisé et agréable. De ce fait, il est important de lui permettre de bénéficier de toutes les belles attentions. Par exemple, les promos, les rabais ou encore les déductions lors des anniversaires.

Pensez aussi à tenir les e-consommateurs au courant de l’état de leurs commandes. Ils seront ainsi satisfaits de votre service, car cela lui permettra de suivre le parcours de son colis. Qui plus est, si c’est possible d’éliminer les frais de port, ce serait un atout qui ferait diminuer le taux d’abandon de panier. À vous de jouer !

e-commerce (2)

Bien gérer son e-commerce est possible

 

 

 

 

Site Internet : créer et booster le vôtre est possible !

Avoir un site Internet est un must pour toute personne souhaitant développer ses affaires. Il faut dire que les transactions en ligne vont bon train. Déjà cette année, on ne compte pas moins de 26 transactions circulant sur le Net chaque seconde. Du coup, pour ne pas louper les opportunités présentes sur la Toile, une stratégie pour sortir du lot est indispensable.
Pour commencer, si vous n’avez pas un gros budget et que vos compétences en informatiques sont limitées, la création d’un portail d’e-commerce peut vous sembler difficile. Faites donc appel à un professionnel, mais pour avoir un résultat satisfaisant, cela ne vous coûtera pas moins de 4000 euros.

D’un autre côté, il y a des plateformes qui permettent de créer des sites gratuitement. Cependant, il faudra penser à votre nom de domaine, les frais d’hébergement ou encore l’adresse mail du service client. Pour ce genre de démarche, vous devrez compter entre 10 et 40 euros, ce qui est beaucoup plus abordable.

La création d’un portail de vente requiert la mise en place d’un service consommateur efficace. Si vous parvenez à optimiser le parcours d’achats des e-acheteurs, cela les fidélisera. Par exemple, vous pouvez opter pour un plugin de chat. C’est un moyen d’établir le contact avec votre client, qui sera par la même occasion, en mesure de vous poser des questions.

Bien que les points susmentionnés soient efficaces, il y a encore d’autres stratégies marketing à utiliser pour booster votre e-commerce. N’hésitez pas à vous tenir informé de toutes les nouveautés dans ce domaine.

 

boutique-en-ligne

La gestion d’un site Internet

Une solution de paiement efficace peut optimiser le parcours client

Acheter des contenus numériques sur la Toile n’est pas toujours agréable si vous n’avez pas une bonne solution de paiement à portée de main. Je dois dire que c’était mon cas lorsque j’utilisais ma carte bleue auparavant pour effectuer mes acquisitions sur le Net. Je rechignais toujours à fournir mon identification bancaire, mais c’était une des conditions me permettant d’acquérir les produits que je souhaitais. Heureusement, il y a un an, j’ai découvert le SMS+ et tout a changé.

Au départ, quand j’ai entendu parler de cette méthode de financement sur mobile, j’avoue que j’étais assez sceptique. Selon moi, c’était une énième tentative de certains prestataires afin de nous pousser à débourser nos précieux euros. Cependant, j’ai décidé de tenter le coup, car après maintes recherches sur le sujet, j’ai vu de nombreux avis positifs. Au final, j’ai été satisfaite !

En effet, après une inscription auprès d’un opérateur téléphonique (pour ma part, j’ai opté pour Orange suite au conseil d’une amie), je me suis lancée. Quelques étapes étaient requises, mais j’ai pu me procurer mon premier jeu mobile facilement. Ensuite, je suis passée aux sonneries, logos et fonds d’écran. Il y a peu, j’ai même participé à une émission télévisée. Je tremblais presque, car c’était la première fois que je m’adonnais à ce type d’activité en votant via le SMS+.

Cette formule de micropaiement a changé ma façon de considérer les contenus numériques à bas prix. Certes, il y a des procédures à suivre, mais elles ne sont pas compliquées et en ce qui concerne le parcours client, je trouve qu’il est fortement optimisé grâce à ce procédé.

paiementweb

Simplifiez votre parcours client grâce au micropaiement

L’e-commerce : zoom sur ce secteur florissant

Si vous vous demandez pourquoi le monde de l’e-commerce a autant d’attrait sur les e-commerçants, vous pouvez trouver quelques éléments de réponses ci-dessous. En optant pour un site de vente, cela :

  • Fait grimper le chiffre d’affaires
  • Simplifie la publicité des produits et services
  • Facilite la hausse des ventes en misant sur les bonnes pratiques comme le fait de pousser un e-acheteur à acquérir un article, en l’occurrence, des chaussures, et les lacets qui leur correspondent
  • Permet de faire le suivi du nombre de clics ou de visites et exempte payer un loyer
  • Optimise la visibilité du portail de vente, tout comme le fait d’attirer les clients dans les magasins physiques via la plateforme de vente

Voici entre autres, quelques points importants qui font que les cybermarchands optent désormais pour le commerce en ligne. Certes, il y a bien des éléments financiers à considérer comme les modes de paiement qui seront proposés. Les coûts qu’engendreront les démarches pour le lancement et la gestion du site devront aussi être pris en compte.

Bien évidemment, un marketeur ne peut pas se lancer en ligne sans un bon plan marketing. Du coup, il lui faudra établir une belle stratégie commerciale comme cibler ses clients ou décider quel genre de produit et service mettre en avant. Bref, il devra bien s’organiser au quotidien.

Pour finir, il est certain qu’une fois tous les morceaux du puzzle rassemblés, il ne reste qu’à fournir une bonne expérience d’achat aux consommateurs. Pour ce faire, il ne faut pas négliger la communication. L’e-mailing ou encore le chat demeurent de bonnes options dans cette démarche. Quant à la nouvelle technologie, le cybercommerçant peut s’en servir pour noter les produits sur lesquels s’attardent les clients et leur envoyer des promos ou pubs qui y sont associées.

L’e-commerce : un secteur en plein essor

 

 

 

 

e-commerce : vendre à l’étranger implique des règles d’optimisation à respecter

Vous avez pour projet de vendre à l’étranger ? Il faut que votre e-commerce soit bien positionné grâce à des contenus de qualité ou encore une bonne stratégie de référencement qui puisse accentuer sa visibilité sur le Net.

Il faut savoir mettre votre site Web en avant de sorte qu’il ne donne pas l’impression d’avoir été calquée sur une autre. L’idéal serait que les utilisateurs locaux s’y retrouvent et que votre portail soit adapté à eux. Un bon positionnement est donc un élément clé pour un commerce en ligne.

Cela permettra aux consommateurs de se sentir rassurés, car ils sauront qu’ils recevront leurs colis en temps et en heure ou encore qu’il n’y aura pas d’incompréhension au niveau de la langue utilisée sur la plateforme. S’ils font confiance à votre commerce, cela pourra les inciter à passer des commandes.

Le choix du nom de domaine : vous pourrez en créer plusieurs et pour ce qui est du référencement, il s’adaptera plus aux particularités locales. D’un autre côté, vous aurez aussi la possibilité d’avoir un seul nom. C’est peu cher et vous pourrez préciser les pays ou langues à travers l’url (fr ou nl) par exemple.

Pour optimiser le trafic vers le site, les mots clés seront indispensables. Pour les choisir, vous devrez vous baser sur les habitudes locales. Il faudra vous assurer que chaque mot soit bien placé afin de ne pas entrer dans le cercle des enseignes pénalisées par Google.

D’autres éléments tels que le plan du site, le balisage sémantique ou encore les backlinks devront être pris en compte pour mener à bien ce projet à l’étranger.

ecommerce

Optimiser un site pour un bon positionnement est possible