Le chargement des pages Web : la satisfaction des clients en dépend

Le saviez-vous ? Le temps de chargement des pages Web constitue un critère sur lequel se basent les clients pour déterminer la qualité d’un site d’e-commerce. Pour avoir une idée de ce que la satisfaction du client implique, basée sur ce raisonnement, la firme Netvigie a fait une analyse pour connaître la position des marques et savoir si elles mettent tout en œuvre pour répondre aux attentes des consommateurs. Ainsi, pour effectuer cette étude s’étalant de janvier à juillet 2017, cette société a sondé 50 e -commerces et il en ressort quelques informations pertinentes.

D’abord, il est sans conteste qu’un client non satisfait peut sans hésiter se tourner vers d’autres e-commerces. Pourquoi une décision si radicale ? Eh bien, ils s’attendent toujours à obtenir des services de qualité. Du coup, si ce n’est pas présent dans leur parcours d’achat, à commencer par les pages du site qui ne s’ouvrent pas rapidement, il y a de grandes chances pour qu’ils aillent vers la concurrence. L’impact se fera donc sentir sur le taux de conversion ainsi que sur les indicateurs clés de performance (ICP), entre autres.

Toujours dans l’optique de proposer un parcours client satisfaisant, les marques doivent donc veiller à ce que les pages soient analysées, de sorte à les rendre plus performantes. C’est sans doute une des premières étapes à entreprendre. En effet, il est évident que si c’est négligé, le chiffre d’affaires de la marque s’en trouvera impacté de manière négative. Par conséquent, mieux vaut prendre le temps de vérifier le temps de chargement et de l’optimiser au maximum afin de procurer une expérience client irréprochable aux consommateurs.

e-commerce-innovation

L’optimisation des pages : une démarche favorisant la satisfaction des clients  

 

Publicités

Micropaiement : à la découverte de cette méthode de facturation…

Vous avez envie de mieux comprendre le micropaiement et de connaître les avantages qu’entraîne cette méthode de facturation en ligne ? Dans ce cas, ce billet va vous éclairer. En effet, il s’agit d’une solution que j’ai découverte à travers un forum, il y a de cela un bon bout de temps. Depuis, je fais régulièrement des microtransactions lorsque je dois régler mes achats en ligne.

Il faut dire qu’auparavant, je ne savais pas vraiment ce qu’impliquait l’utilisation du SMS+ ou de l’Internet+. C’est pour ça que pendant un bon moment, j’utilisais ma carte de crédit, mais ensuite, toutes les contraintes que cela génère ne m’emballaient pas du tout, notamment en ce qui a trait à la saisie de mes données personnelles.

Ainsi, grâce aux discussions que j’ai pu suivre sur cette plateforme d’échange, j’ai compris qu’il était avantageux d’utiliser le SMS+ et l’Internet+ lors de mes acquisitions en ligne. Je vous énumère quelques-uns des avantages ci-dessous :

  • S’enregistrer auprès d’un opérateur téléphonique est important avant de faire des micropaiements. Pourquoi entamer sa démarche ? Simplement parce que cela permet aux consommateurs de suivre leurs dépenses mensuelles régulièrement. Par conséquent, ils seront à même de relever des anomalies dans les prélèvements forfaitaires (s’il y en a) ;
  • Il est possible de se procurer divers contenus numériques ludiques via cette méthode. Par exemple, les friands de jeux Java peuvent se faire plaisir facilement, idem pour ceux qui sont fans de sonneries, de logos ou de fonds d’écran ;
  • Pour finir et non des moindres, comme susmentionné, les microtransactions ne requièrent aucunement la saisie des informations confidentielles des consommateurs, notamment celles relatives à leur identification bancaire.

Ainsi pour avoir une expérience client optimale, la microtransaction est idéale.

paiementweb

Simplifiez votre e-shopping grâce au micropaiement

 

L’e-commerce : zoom sur les chiffres enregistrés au 2e trimestre de 2017

La FEVAD (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) a analysé les ventes en ligne pour le 2e trimestre de 2017 et voici ce qu’il en ressort :

Durant cette période, l’e-commerce a enregistré un chiffre d’affaires de 19,5 milliards d’euros, ce qui indique une augmentation dans le secteur du commerce en ligne. Le bilan est donc positif et c’est principalement dû à l’engouement des Français pour les achats sur le Net. Toutefois, on constate une chute de 4 points pour cette année avec 11 % alors que l’augmentation était de 15 % en 2016. Cependant, même si le chiffre d’affaires affiche une hausse, on voit que le budget des Français a baissé, ce qui résulte en une perte de 3 % en une année. Effectivement, le panier moyen indique à présent 68 euros par commande.

Certes, il y a une diminution de ce côté-là, mais un équilibre est à noter car, malgré une baisse dans les dépenses, il y a des achats réguliers qui sont effectués. Eh oui, ce trimestre par exemple, les internautes ont commandé 9,7 fois alors qu’en 2016, les commandes n’avaient été faites que 8,9 fois, ce qui se traduit par une augmentation du nombre de transactions. Ces dernières ont grimpé de 15 %, atteignant ainsi la somme de 287 millions.

Pour ce qui est du nombre des acheteurs français ayant fait des emplettes sur le Web, il est de 36,9 millions, soit 81 % de la population. Du côté des consommateurs mobile, ils sont plus de 964 000 à avoir commandé à partir d’un appareil tactile. Ce n’est pas étonnant, car 68 % des internautes de l’Hexagone ont un smartphone et 39 % une tablette. C’est donc sans surprise que l’on constate une progression dans le commerce mobile à hauteur de 37 %.

boutique-en-ligne

La FEVAD : pleins feux sur son rapport ciblant l’e-commerce

 

Avis consommateurs : leur crédibilité en ligne…

Une étude a été faite par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) sur les avis consommateurs que de nombreuses personnes consultent avant d’effectuer leurs e-achats. Il en ressort que 35 % d’entre eux ne sont pas fiables. Il faut dire qu’on trouve pas mal de ces opinions laissées par les consommateurs, notamment dans les secteurs suivants : l’hôtellerie, l’habillement, l’électroménager ainsi que l’automobile.

En effet, il n’est pas rare de voir de faux commentaires négatifs diffusés sur certains sites par leurs concurrents. Bien entendu, il y a aussi des avis négatifs qui sont modérés et du coup, il est assez difficile de déceler les vrais des faux. Face à cette réalité, une question se pose : les internautes font-ils confiance à ces opinions émises sur les sites d’e-achat ? Eh bien oui ! Ils sont même 74 % à le faire.

Il est donc important d’être vigilant lorsque vous tombez sur les commentaires en ligne. Certains sites Web affirment qu’ils s’assurent de la fiabilité des avis, mais peut-on se fier à eux ? D’autres affichent même la certification NF Z 74-501 qui valide les opinions émises. Parfois, elle est sûre mais, à d’autres moments, des plateformes en abusent pour berner les consommateurs. Il faut donc être prudent lorsqu’on en voit.

Quel est donc l’impact des avis négatifs sur les e-consommateurs ? Eh bien, certains les suivent à la lettre et vont même jusqu’à renoncer à leurs achats s’ils s’avèrent négatifs. L’inverse est aussi vrai, car, si les e-acheteurs potentiels voient un commentaire positif, cela peut les inciter à valider l’acquisition d’un produit. Peut-on être protégé contre ces supercheries ? Oui, car à partir du 1er janvier 2018, des infos pertinentes devront être affichées à côté des avis sur les sites de e-commerce. Une façon de rassurer les clients.

 

avis-client-mecontent

Les commentaires clients : peut-on statuer sur leur fiabilité ?

La boutique traditionnelle et l’e-commerce au service des clients

Commerce en ligne et boutique traditionnelle n’ont semble-t-il jamais été sur la même longueur d’onde. Pourtant, si l’on creuse un peu, on s’aperçoit qu’ils ont quelque chose en commun : le client.

Pour ce qui est de l’e-commerce, on voit qu’il ne chôme pas, car il est toujours en quête de nouveautés  afin d’intégrer le modernisme dans le parcours client. En revanche, les commerçants traditionnels s’accrochent encore et toujours à l’ancienneté, à leurs magasins physiques et leurs styles de services.

Si l’on considère ces deux pôles séparés, on s’aperçoit qu’ils peuvent s’unir au profit du consommateur. Nous avons pour exemple le Whole Foods Market qui a été récemment racheté par Amazon. En effet, malgré une technologie avancée dans le but de satisfaire la clientèle, la question de la livraison dans des conditions optimales a poussé cette firme à revoir la position des boutiques physiques.

Eh oui, avoir un point de vente à proximité est donc un avantage. D’autres ont essayé la méthode du click & collect, ce qui a encore une fois mis en évidence le fait que le commerce en ligne peut marcher de pair avec les magasins traditionnels.
Répondre aux attentes des clients lorsqu’on a un commerce en ligne n’est pas une mince affaire, notamment à cause de la concurrence. C’est aussi difficile d’optimiser sa visibilité sur le Net. C’est vrai que lorsque l’on se lance dans ce type de transactions, on pense aux applis mobile, au suivi de commande ou encore au service client réactif que l’on pourrait proposer, entre autres.

Eh bien, toutes ces idées sont bonnes et exploitables, mais il est fréquent de voir qu’ensuite, les marques se tournent vers les points de vente physiques. En conclusion, le commerce en ligne et le traditionnel sont utiles pour optimiser l’expérience client, l’un ne va pas sans l’autre.

e-achat-v-s-achat-en-magasin

La boutique traditionnelle et l’e-commerce au service des clients

 

 

Micropaiement : que pouvez-vous acheter avec cette méthode ?

Le micropaiement vous donne la possibilité de faire de multiples acquisitions de contenus numériques ludiques à bas prix. Ainsi, si vous êtes fans de jeux Java, vous allez pouvoir vous les procurer sans difficulté grâce au SMS+ ou à l’Internet+. Idem si vous êtes friand de sonneries ou encore de logos. D’ailleurs, il n’y a pas que ces produits… Figurez-vous que la microtransaction vous permet de mettre la main sur des films en streaming, des services d’actualités ou encore de voter dans des émissions télévisées.

Les avantages du micropaiement

Si vous vous demandez quels sont les avantages dont vous pourrez profiter avec la microtransaction, sachez qu’il y en a pas mal que je vous invite à découvrir ci-dessous :

  • Vous n’aurez pas à fournir votre identification bancaire pour valider vos e-achats.
  • Votre compte client chez un opérateur mobile de votre choix (Orange, Free, SFR ou Bouygues Telecom) vous permettra de suivre vos dépenses mensuelles ;
  • Lorsque vous naviguerez sur les sites marchands, vous pourrez le faire anonymement ;
  • La confidentialité de vos données sera assurée ;
  • Vous n’aurez pas à passer par des étapes interminables et parfois compliquées ;
  • Les microtransactions se feront en un claquement de doigts, donc vous ne perdrez pas de temps en ligne.

Comment se passe la facturation ?

Pour ce qui est du règlement des acquisitions, cela se fera automatiquement par un prélèvement sur votre forfait mobile. Ainsi, le commerce en ligne intégrant les nouvelles technologies met ces facilités à votre portée. Profitez-en !

paiement-web

Le micropaiement simplifie vos e-achats

 

 

e-commerce et magasin physique : ils font la paire…

De nos jours, avoir un e-commerce ne suffit pas pour attirer et fidéliser la clientèle. Il est important pour les e-marchands d’avoir également un ou des magasins physiques pour que les clients puissent voir et toucher les produits. Certes, ils peuvent toujours les commander en ligne, mais avoir un point de vente où les récupérer est un avantage. En outre, les clients utilisent de plus en plus leur mobile pour faire des acquisitions que ce soit en boutique ou sur les sites marchands. Aussi, on note qu’avant de s’engager dans l’achat d’un produit vu en magasin, ils s’informent d’abord en ligne. Bref, on note que l’un ne va pas sans l’autre… Le commerce en ligne a besoin d’être renforcé par un point de vente.

e-achat-v-s-achat-en-magasin

C’est avantageux pour un e-commerce d’être lié à un magasin physique

Amazon s’attaque au temps de livraison…

Le mastodonte de l’e-commerce, à savoir, Amazon cherche toujours à satisfaire ses clients. Il faut dire que jusqu’ici, il s’en sort bien, mais il y a un facteur dans ce secteur qui le turlupine : la livraison. Et si c’était possible de livrer les commandes dans des délais plus courts ? Eh bien, le géant du commerce en ligne est sur le coup.

Le 15 août, il a annoncé l’installation de plusieurs Instant PickUp qui permettront la récupération d’articles en seulement 2 minutes. On ne peut que saluer l’initiative d’Amazon. D’ailleurs, il n’a pas hésité à investir pas moins de 1,5 milliard de dollars dans une flotte d’avions, entre autres, pour livrer à grande vitesse.

De plus, dans la même optique, Amazon mise sur la construction de nouveaux entrepôts. Effectivement, il a compris que plus il réduit les kilomètres entre les consommateurs et les centres de distribution, plus le délai de livraison sera court…

Amazon compte réduire le délai de livraison
 

La microtransaction : pourquoi ai-je opté pour cette méthode de facturation ?

Afin de faire des achats en ligne de manière optimale, j’opte généralement pour la microtransaction. Parfois, j’utilise le SMS+ et à d’autres moments, c’est l’Internet+ qui me dépanne. Pourquoi un tel choix ? Pour de multiples raisons, que je vais d’ailleurs vous lister ci-dessous :

  • D’abord, il y a la simplicité de l’opération. Je ne suis pas de nature patiente et du coup, perdre du temps en ligne en diverses procédures compliquées, ça a tendance à m’énerver. C’est pourquoi j’apprécie le fait de pouvoir envoyer un unique texto (codé) à l’éditeur du contenu qui me plaît. Cela sert en quelque sorte à enclencher le processus de validation de l’acquisition. Ensuite, comme je n’ai aucune fiche à remplir, tout se fait en un claquement de doigts.
  • Autre raison qui me pousse à utiliser le SMS+ ou l’Internet+ : la sécurité est de mise durant le parcours d’achat. Effectivement, avec tout ce que l’on entend sur les hackers sur le Net, il vaut mieux être prudent ! C’est pourquoi mon choix se porte sur ces formules ; elles garantissent la protection de mes données personnelles. Même la navigation sur les sites marchands peut se faire anonymement, ce qui est pour moi un avantage.
  • Lorsque je fais des micropaiements, outre le parcours rapide et facile, j’apprécie le fait de ne pas avoir à m’inquiéter pour les délais relatifs aux règlements des achats. À travers cette méthode de facturation, un prélèvement forfaitaire est automatiquement effectué sur la facture FAI (fournisseur d’accès à Internet) ou mobile. Du coup, je suis plus sereine et peux même suivre mes dépenses mensuelles dès que je le souhaite !

Telles sont quelques-unes des raisons qui m’incitent à choisir la microtransaction. C’est pratique, efficace et je bénéficie d’une expérience client agréable. Je crois franchement que c’est une bonne alternative aux méthodes traditionnelles de paiement en ligne.

paiementweb

Le micropaiement est avantageux de bien des manières !

Les achats en ligne sur mobile cartonnent durant les soldes

Durant la période des soldes, c’est sans surprise que l’on note une augmentation des achats en ligne via le mobile. En effet, le m-commerce a pris son envol comparé à 2016.

Il affiche une croissance de 4 % pour ce qui est des acquisitions sur smartphone, mais une petite chute de 3 % pour ce qui est des transactions via l’ordinateur. Quant à la tablette, son taux d’utilisation a aussi baissé de 1 %.

Concernant les secteurs concernés par la hausse, les équipements sportifs et la mode, entre autres, sont en tête de liste. Pour ce qui est des achats effectués sur le mobile, le taux enregistré est de 41 %.

paiement-web

Soldes : on note que le mobile y est grandement utilisé pour les e-achats